Economie-Budget 2021 impacté par Covid19

Economie tchadienne : Vulnérabilité aux chocs exogènes et résilience à la pandémie de Covid-19

Très dépendante de l’or noir, l’économie tchadienne, est frappée de plein fouet par trois chocs exogènes à savoir la chute des prix du baril, l’instabilité sécuritaire dans la sous-région et la pandémie du coronavirus. En 2016 et 2017, le Tchad a connu une forte récession de -5,6% et -2,4% respectivement. Cette situation était la conséquence de la chute des cours du brut, d’une part, et l’insécurité de plus en plus accrue dans les pays voisins, d’autre part. Mais le Tchad a résisté à ce double choc, renouant avec la croissance en 2018 (+2,3%) et 2019 (3,0%). Cette embellie était due, à la remontée des cours du brut et à une augmentation de la production boostée par la mise en exploitation de nouveaux gisements et l’introduction de nouvelles techniques dans les champs pétroliers du sud du pays.

Par MBAIRASSEM SIMAEL[1]

Tout au long de l’année 2020, les mesures barrières mises en place par le Gouvernement afin de contenir la crise sanitaire ont produit des conséquences lourdes dans les secteurs économiques et sociaux au Tchad. Le ralentissement des activités économiques consécutives à ces mesures barrières ont impacté négativement sur la croissance économique (baisse de la productivité et de la production et des valeurs ajoutées sectorielles), le niveau des prix, l’emploi (via l’utilisation de la main-d’œuvre), les finances publiques (solde et allocation budgétaire) et l’équilibre extérieur (volume des échanges).

En réponse à cette crise, le gouvernement a inscrit dans la Loi de Finances 2021, adopté et promulgué le 31 décembre 2020 (www.cergied.org Transparence documents budgétaires 2021), le soutien à l’économie et la poursuite de la lutte contre la pandémie et ses conséquences économiques, sanitaires et sociales. Au titre du soutien et de la relance économique, il est proposé de fournir une incitation fiscale pour les entreprises exerçant dans les domaines de l’agriculture, l’élevage, les énergies renouvelables ; l’exonération de la TVA sur les engrais, les pesticides et semences ; l’exonération de la taxe sur la valeur locative pour les entreprises agro-pastorales exerçant en zone rurale ; l’abattement de 25% sur la base impôt minimum forfaitaire (IMF) pour les entreprises agro-pastorales en zone rurale ; l’exonération de la TVA sur les machines et équipements destinés à la production et à la transformation agro-pastorale. Au titre des incitations à la création d’emplois, le gouvernement propose l’exonération fiscale et patronale sur les recrutements des jeunes diplômés, des ouvriers des secteurs agro-pastoraux et des personnes vivant avec le handicap. En ce qui concerne l’amélioration du climat des affaires, il est prévu l’allègement de la fiscalité sur les transferts électroniques d’argent (mobile money) pour favoriser l’inclusion financière ; la baisse des droits de mutations des titres fonciers ; les précisions sur les garanties du contribuable lors des contrôles fiscaux ; la clarification sur les régimes des contrôles douaniers et les précisions sur le droit de recours et ses modalités d’application en matière douanière.

Dans la ligne du soutien aux secteurs sinistrés par la pandémie et de la lutte contre celle-ci et ses conséquences, le PLF 2021 propose la reconduction des exonérations douanières relatives aux produits de première nécessité ; la reconduction des exonérations des droits de douanes et des taxes sur tous les produits et matériels médicaux entrant dans la lutte contre la Covid-19 ; l’institution d’un abattement de 25% sur la base de l’IMF pour les entreprises relevant du secteur de l’hôtellerie ; le maintien des mesures de baisse de l’impôt général libératoire (50%) et le réaménagement à la baisse du taux de patente de 0,5% à 0,35% pour tous les contribuables.

La diligence et la transparence dans la mise en œuvre effective de ces mesures prises pourraient permettre de répondre efficacement aux effets du choc de la pandémie de Covid19.

[1] Economiste, Chargé de Recherche, Département des Etudes Economiques et Politiques Publiques.

4 Comments

  • Riva Collins

    9 novembre 2019 - 2h07

    It’s no secret that the digital industry is booming. From exciting startups to need ghor
    global and brands, companies are reaching out.

  • Riva Collins

    9 novembre 2019 - 2h07

    It’s no secret that the digital industry is booming. From exciting startups to need ghor
    global and brands, companies are reaching out.

  • Obila Doe

    9 novembre 2019 - 2h09

    It’s no secret that the digital industry is booming. From exciting startups to need ghor hmiu
    global and brands, companies are reaching out.

  • Obila Doe

    9 novembre 2019 - 2h09

    It’s no secret that the digital industry is booming. From exciting startups to need ghor hmiu
    global and brands, companies are reaching out.

Leave A Comment

Subscribe to our newsletter

Sign up to receive latest news, updates, promotions, and special offers delivered directly to your inbox.
No, thanks